Messages

Affichage des messages portant l'étiquette meurtre

1731 - Thérèse Dupuis, 31 ans

Image
Homicide par négligence criminelle – Arme à feu   Nicolet - 1 SC   Jacques Daniau , son mari de 49 ans, acquitté.   Par une belle journée de 1731, à Nicolet, Jacques Daniau et sa femme, Thérèse Dupuis, sont sorti de la maison pour une promenade. Lui cherchait des bêtes égarées et elle avait l’intention de récupérer des outils. En passant près d’un marais, elle lui a fait remarquer qu’il devrait vérifier s’il n’y avait pas de gibier, ce qu’il a fait. Mais en se rapprochant de sa femme, le fusil qu’il tenait serait parti tout seul. Gravement atteinte, Thérèse s’est effondrée en criant. On l’a transporté jusqu’à Québec pour tenter de lui sauver la vie. Pendant qu’elle luttait pour rester en vie, elle n’a jamais rien dit de négatif à propos de son mari. Avant de mourir, elle a même dit que c’est elle qui lui avait dit d’actionner l’amorce de son arme afin d’être prêt si du gibier se présentait.   Le procès pour meurtre s’est déroulé le 19 janvier 1732 à Trois-Rivières. Daniau a été libér

1723, 20 juillet - Cazeau

Image
  Homicide argumentatif – arme blanche (épée)   Québec , rue Cul-de-Sac – 2 SC   Michel Duzeau , reconnu coupable de meurtre et exécuté en effigie.   En juillet 1723, alors que la barque Notre-Dame de Bon secours appareillait pour se rendre à Québec, le contremaître Jean Vindeau a constaté que l’équipage manquait d’entrain. Plutôt que d’obéir à son commandement, quelques-uns de ses hommes ont échangé un regard avec Jean Cazeau , qui était considéré comme une mauvaise tête. L’instant d’après, Cazeau et plusieurs autres matelots se sont jetés sur Vindeau pour le rouer de coups . 56   Michel Duzeau , capitaine en second , qui jouissait d’une force physique supérieure à la moyenne, a alors utilisé ses poings pour écarter les bagarreurs . Ainsi, il a réussi à libérer Vindeau . Une fois la querelle terminée , Duzeau s’est éloigné en recommandant au contremaître d’éviter d’utiliser la manière forte. Le navire a donc pu entamer son trajet vers Québec.   Le 20 juillet, Duzeau s’est rendu

1723, 11 juillet - Caporal Jean dit Saint-Jean

Image
  Homicide argumentatif – objet contondant (pioche)   Montréal, île Jésus  – 1 SC   Arnaud dit Léveillée, condamné à mort , …?   Arnaud dit Léveillé et le caporal Jean dit Saint-Jean travaillaient ensemble sur la ferme du marquis de Vaudreuil, dans l’île Jésus, lorsqu’une dispute a éclaté . Léveillé aurait demandé à St-Jean d’aller lui chercher un seau d’eau afin de rafraîchir le mortier, mais Saint-Jean lui a répliqué qu’il pouvait très bien y aller lui-même. Les deux hommes se sont chamaillés au point de se retrouver tous les deux au sol. Le combat s’est terminé lorsque Léveillée a assommé Saint-Jean d’un coup de pioche. 54 Ce dernier est décédé le 11 juillet 1723 à l’hôpital de l’Hôtel- Dieu. 55 Léveillé a été condamné à mort mais on ignore s’il a été exécuté.   BAnQ conserve toujours un dossier de 65 pages contenant les documents relatifs au procès d'Arnaud dit Léveillé.

1721, 12 septembre - Françoise Cailleteau, veuve de Denys de La Vallière

Image
  Homicide conflictuel – objet contondant (assiette d’étain)   Rue de Buade, Québec – 1 SC   Catherine Charland , son ancienne cuisinière, pendue .   Le 12 septembre, Catherine, furieuse que son ancienne maîtresse, Françoise Cailleteau, raconte à qui veut l’entendre qu’elle l’avait volé avant de la congédier, se rend chez elle pour régler la situation. La rencontre s’ est envenimée et des gifles ont rapidement été échangées . À un certain moment, François e a lancé à son ancienne servante une assiette d’étain. L’objet a manqué sa cible, mais Catherine a récupéré l’assiette pour la lancer à son tour, atteignant son ancienne maîtresse au visage. Devant Françoise , qui s’est effondrée en perdant du sang depuis ses narines et sa bouche, Catherine a pris la fuite.   Le soir, des citoyens inquiets de constater que Françoise ne sortait pas de chez elle, ont enfoncé la porte pour découvrir son corps. Selon l’historien André Lachance, la victime avait reçu un coup à la joue et un autre de

1716, 28 septembre-2 octobre - Charles Fustel, 23 ans

Image
  Homicide argumentati f – arme blanche ( épée ) – duel    Québec, rue Saint-Pierre – 1 SC   Jacques Maleray Delamoillerie , père de Louis-Hector de la Mollerie tué deux ans plus tôt, condamné par contumace à être décapité.   Le 28 septembre 1716, au cours d’une partie de billard, une dispute a éclaté entre le militaire Jacques Maleray Delamoillerie et un jeune marchand du nom de Charles Fustel. On croit que Fustel a été le premier à dégainer son épée, mais Delamoillerie a eu la sagesse de sortir de l’auberge. Fustel l’a cependant suivi dehors pour continuer de l’invectiver. Delamoillerie a finalement perdu son sang - froid et l’a frappé d’un coup de poing à la tête. Fustel a donc de nouveau sorti son épée et cette fois son adversaire a fait la même chose. Après quelques échanges à l’épée, Fustel a été blessé de trois coups, dont un à la poitrine, et conduit à l’Hôtel-Dieu de Québec. Il a succombé le 2 octobre.   Puisque Delamoillerie a pris la fuite, on lui a fait un proc