1985, 29 juin - Sylvie Poirier, 25 ans

 

Homicide? – Deux scènes de crime?

Photo publiée dans Le Soleil, 30 juin 1985.

Saint-Jean-Chrysostome, Breakeyville, près de Lévis

Non élucidé.

Originaire de Rimouski, Sylvie Poirier, 25 ans, demeurait à Québec depuis un certain temps. Son corps a été découvert en bordure de la rue des Pins à Breakeyville le 29 juin. Selon Le Soleil, elle a plutôt été découverte à Saint-Jean-Chrysostome, sur un chemin de terre situé près de la route des Érables. La police était convaincue qu’il s’agissait d’un meurtre. En revanche, l’autopsie n’a pu déterminer la cause du décès. « Pratiquée à l’Institut médico-légal de Québec, l’autopsie n’a relevé aucune blessure mortelle ni externe ni interne. La jeune femme avait un côté de la figure enflée, possiblement le résultat d’une chute. Les analyses en laboratoire ont eu lieu à l’Institut de police scientifique de Montréal. C’est en effectuant une balade avec son tricycle à moteur que M. Raymond Alain, de Breakeyville, a aperçu le corps de la jeune femme dans le fossé de la rue des Pins. Le jeune homme s’est empressé d’en prévenir la Sûreté du Québec qui a la conviction que la victime avait été transportée en auto et déposée à cet endroit. »[1]

« La victime était vêtue d’une chemise, d’une robe et d’un léger manteau, était pieds nus et portait des marques sur le corps. […] Le décès remonterait à 24 heures. Aucun papier d’identité n’a été retrouvé près du corps localisé près de la lisière de la forêt. »[2]



[1] Lucien Latulippe, « Breakeyville: identification de la femme trouvée morte », Le Soleil, 9 juillet 1985, Revues et journaux québécois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

[2] Isabelle Jinchereau, « Jeune femme trouvée sans vie », Le Soleil, 30 juin 1985, Revues et journaux québécois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Messages les plus consultés de ce blogue

Diane Déry et Mario Corbeil, 1975

Victimes de Sault-au-Cochon: Bernadette Charest et ses trois enfants

Fin tragique d'un tueur de masse