Documents inédits de l'Université de Yale

E. T. Stannard, président de la Kennecott Copper Company, était au nombre des victimes à Sault-au-Cochon.

On croit que cette photo, obtenue du fonds d'archives laissé par Stannard à l'Université de Yale, serait l'épouse de Stannard, Jeannette Condon.

    Comme vous le savez déjà, mes recherches ont repris de plus belle depuis la sortie du premier tome de la trilogie "Sault-au-Cochon", en vente depuis avril 2021 dans les librairies et sur de nombreuses plateformes.

    Dans ma quête de dépoussiérer la vie des 23 victimes, j'ai constaté qu'il existait un fonds d'archives concernant un Américain du nom de Stannard, qui a péri dans la tragédie de Sault-au-Cochon, en 1949. Il y a quelques semaines, j'ai donc écrit à l'Université de Yale, dans le Connecticut, afin d'obtenir certaines pièces du dossier.
    Au cours de la semaine dernière, je recevais donc trois photographies: une de monsieur Stannard, et deux autres d'une femme que l'on croit avoir été son épouse, Jeannette Condon Stannard. À ma connaissance, c'est la première fois qu'une photo de celle-ci est présentée publiquement.
    Malheureusement, je n'ai pu retracer jusqu'à maintenant aucun descendant ayant encore un souvenir de monsieur Stannard. Rappelons que celui-ci est décédé à Sault-au-Cochon en compagnie de deux collègues américains. Stannard était le président de la Kennecott Copper Company, la plus imposante compagnie de cuivre au monde à cette époque. Planifiant de prendre sa retraite avant la fin de l'année 1949, il était en route vers la Côte-Nord avec son remplaçant, soucieux de s'assurer d'une bonne transmission de ses connaissances avant de partir.
    Jeannette Condon Stannard est décédée en 1977.

Messages les plus consultés de ce blogue

Diane Déry et Mario Corbeil, 1975

Fin tragique d'un tueur de masse

Le meurtre non élucidé de Milia Abrar, 22 ans